Bienvenue sur notre site

Le mot de la Présidente

« Soyez les bienvenus sur notre site! »

En ouvrant ces différents onglets vous trouverez toutes les informations concernant la vie de l’association que nous mettons à votre disposition pour vous faire découvrir cette culture chinoise riche d’une civilisation plus que millénaire à la fois si lointaine et si proche…………

Toutes nos activités sont animées par des professeur(es) chinois(es) compétent(es)

En naviguant d’un item à l’autre, vous découvrirez les ateliers hebdomadaires proposés durant l’année scolaire : l’apprentissage de la langue, l’initiation à l’art de la peinture, de la calligraphie, mais aussi de la cuisine chinoise et de ses cinq saveurs sans oublier nos voyages qui vous permettent de découvrir la Chine, en petits groupes.

Plus loin, vous plongerez dans l’ambiance de notre stage d’été intitulé « bain de culture » qui a lieu chaque été à Vannes et qui réunit des stagiaires venus de toute la France. C’est le seul stage de ce type en France !

Je vous souhaite de belles découvertes sur le site de l’Association Franco Chinoise du Morbihan. »

Marithé Labourdette.

Dernière minute: 

Cinéma: film sorti très récemment

« Les fleurs amères » est un film de Olivier Meys, sorti en septembre 2019. A voir absolument, dans toutes les bonnes salles d’Arts et d’Essais.

Lina est une jeune femme chinoise ambitieuse (et sans doute quelque peut naïve) qui souhaite partir en France   à la recherche d’un Eldorado. Elle espère  revenir rapidement au pays plus fortunée, et accéder à  une vie meilleure, pour elle et pour sa famille. Laissant  en Chine  mari et enfant elle quitte son pays pour Paris. Mais une fois sur place, la réalité est toute autre et rien ne se passe comme elle l’aurait souhaité. C’est la descente aux Enfers pour cette jeune femme  qui réalise alors que cet Eldorado tant attendu n’est qu’une chimère.


♦♦

 

Actualités récentes

Forum des associations

L’ AFC56 était présente au forum des Associations de Vannes le 07 septembre 2019 

Devant notre stand: les membres de l’association en compagnie de la maire adjointe en charge de la vie associative, Latifa Bakhtous (2ème à partir de la gauche) et de Wenjue ZHUANG enseignante de peinture et de calligraphie chinoises (Ci-devant à gauche).

♦♦

Le 17 juillet 2019 au lycée St Joseph de Vannes, SI YU CAO nous a présenté et dédicacé, son premier livre intitulé:

Les débridés – Le monde vu par mes yeux chinois.

« Bonjour, je m’appelle Siyu! Je suis née à Pékin dans les années « 80 ». J’ai les yeux bridés et je parle français avec un accent anglais. J’aime les œufs de cent ans et le thé sans lait. Je suis nulle en maths et j’adore les séries américaines. Je n’ai aucun sens de l’orientation mais j’aime vivre entre l’Est et l’Ouest »

Ce petit livre fait de textes et de dessins est paru aux Editions EQUATEURS en avril 2019. Il nous éclaire sur le regard porté par une jeune femme chinoise sur son environnement.

Cette présentation a fait l’objet d’un échange sympathique avec l’auditoire.

♦♦

Concert et conférence de LINCHENG MENG le samedi 13 juillet 2019.

Lingchen Meng est une musicienne et chanteuse chinoise qui s’accompagne d’une cithare qin ou quqin, l’un des plus anciens instruments chinois à cordes pincées.

D’une grande richesse émotionnelle la musique du qin allie dans un jeu subtile les forces complémentaires du plein et du vide. Les mélodies font le plus souvent allusion à des descriptions de la nature, une vision métaphorique qui s’exprime jusque dans la gestuelle de l’interprète.

♦♦

L’écrivaine chinoise FANG FANG qui participait au festival « Étonnants Voyageurs » à Saint-Malo pour présenter son dernier roman « Funérailles molles » était l’invitée de l’Association Franco-Chinoise du Morbihan à Vannes, le mardi 11 juin 2019,  pour une  rencontre-conférence.

Ce fut une heure trente d’échanges passionnants avec elle à propos de ce dernier roman.

Les auditeurs, très attentifs et curieux, ont été nombreux à poser des questions auxquelles Fang Fang a répondu avec beaucoup d’attention et de précision.

Merci aux traductrices, Fanny et Li Shuo.

Mercredi matin, avant son départ pour Nantes, Fang Fang a tenu à visiter la ville de Vannes. Elle s’est montrée très intéressée par l’architecture des maisons à pans de bois, les lavoirs et les remparts.

« J’aimerai m’installer ici pour écrire mon prochain roman » nous confiait elle.

———–

Fang Fang (方方) est née en 1955 à Nankin, Ses parents ont déménagé deux ans plus tard à Wuhan (武汉), ville où elle a grandi. Elle quitte son lycée en 1974, et doit abandonner ses études pour travailler pendant quatre ans dans une usine comme manutentionnaire. C’est un sujet qu’elle évoque peu, mais ces années furent difficiles. Elle aurait arrêté sa scolarité au moment de la révolution culturelle. Mais le décès de son père, très jeune, est sans doute l’autre raison qui explique cette décision; la situation nécessitant d’aider sa mère à subvenir aux besoins de la famille.

En 1978, lorsque Deng Xiaoping réinstaure le gaokao (高考), l’examen d’entrée à l’université, elle reprend ses études. Admise à l’université de Wuhan, elle y étudie la littérature chinoise. Elle obtient son diplôme en 1982 et entre comme rédactrice à la télévision du Hubei.

Dès 1975, elle commence à écrire des poèmes. Ses œuvres exploitent les mêmes thèmes, la vie misérable du prolétariat urbain et la vie médiocre des intellectuels. En 1987, parait «Une vue splendide » œuvre considérée comme ayant ouvert la voie du mouvement néo-réaliste.

Elle est aujourd’hui une personnalité influente du monde littéraire chinois, présidente depuis 2007 de l’Association des écrivains du Hubei. 

Son dernier roman, « Funérailles molles » traite d’un sujet historique peu abordé dans la littérature : la réforme agraire du début des années 1950, d’un point de vue féminin. Cette réforme a bouleversé les bases de la société chinoise. Ce roman, primé, a choqué les ultraconservateurs du pays car il montre bien les exactions commises au nom de la doctrine communiste qui n’a pas toujours profité aux plus pauvres. 

« Je veux être enterrée dans un cercueil dit la grand-mère.

– On n’a pas de cercueils prêts, que va-t-on faire ? demanda la troisième tante.

– Des funérailles molles, répliqua tout bas le beau-père de Daiyun, la mine soudain très sombre.

– Je ne veux pas de funérailles molles, s’écria la belle-mère de Daiyun en pleurant encore plus fort, si on est inhumé ainsi, on ne peut pas se réincarner. »

Romans traduits en français

« Début fatal » 在我的开始是我的结束, traduction Geneviève Imbot-Bichet, Stock/ Cosmopolite, 1998.

« Soleil du crépuscule » 落日, traduction Geneviève Imbot-Bichet avec Lü Hua, Stock/Cosmopolite, 1999.

« Une vue splendide » 风景, traduction Dany Filion, Philippe Picquier 1995.

« Funérailles molles » 软埋, traduction Brigitte Duzan / Zhang Xiaoqiu, L’Asiathèque 2019.

♦♦